TROISIEME CAMPAGNE

Du 12 janvier 1945 au 8 mai 1945

« Normandie-Niémen » se couvre de gloire dans le ciel de Prusse-Orientale

Au cours de cette 3ème campagne, les combats aériens furent âpres car la Luftwaffe avait déployé ses meilleures unités de chasse (dont le JG51), équipées du dernier Me109 G14.

Et d’autre part, la Flak fut très meurtrière.

Les dernières semaines de décembre 1944, le Régiment effectue les vols d’entrainements, les sorties opérationnelles. Le Régiment a pour mission d’être prêt aux attaques aériennes de l’ennemi. Les mauvaises conditions météo rendent difficiles les missions. Le 30 décembre le Régiment a livré un combat aérien entre 2 Yak-3 et 4 ME-109 : 2 ME-109 sont abattus, 1 ME-109 endommagé. Pas de perte humaine. Les deux dernières victoires de l’année 1944.

La 3ème campagne commence dès le 1er janvier 1945. Le 11 janvier début de l’offensive, à partir du terrain Dopienen le Régiment assure la couverture aérienne du champ de bataille de la 5ème armée du 3ème front de Biélorussie.

Igor Eichenbaum sera souvent en première ligne au PC avancé, avec pour mission de guider les attaques au sol.

Le 17 janvier, René Challe est blessé de nouveau (1ère blessure en 1940) et doit être évacué.

Les 19, 21 et 23 janvier, l’héroïsme de « Normandie-Niémen » est récompensé par trois citations à l’ordre du jour du maréchal Staline, suite à 37 victoires en 5 jours.

Le 18 février, Charles Reverchon doit être amputé de la jambe, suite à une grave blessure.

Le 20 février, Pierre Bléton, abattu, est fait prisonnier. Recueilli par la JG51 dont le kommodor Joachim Brendel crédité de 189 victoires, qui le soustraira du peloton d’exécution (selon les instructions de Keitel).

Le 21 février, du fait de l’âpreté des combats, il ne reste plus que 25 pilotes en état de voler.

Le 20 mars, « Normandie-Niémen » se voit remettre « l’Ordre du Drapeau rouge ».

Le 25 mars, le sous-lieutenant Maurice Challe disparaît lors d’un combat dans la région de Pillau. Il est le dernier pilote du Régiment à trouver la mort en opération aérienne.

Le 12 avril, le lieutenant Georges Henry abat un Fw 190, ce qui sera la dernière victoire officielle de « Normandie-Niémen ». Hélas, quelques heures plus tard, ce même pilote en sera la dernière victime, tué au sol par un éclat d’obus allemand.

Le 25 avril, 13 pilotes de renfort rejoignent le Régiment à Eylau. Leur entraînement sur Yak commence dès le lendemain, mais la fin des hostilités va les empêcher de prendre part aux combats. C’est la raison pour laquelle ils ne figurent pas dans la liste officielle des effectifs de « Normandie-Niémen ».

Le 26 avril 1945, le Général de Gaulle confère au commandant Louis Delfino le grade de lieutenant-colonel.

Le 30 avril, retour des permissionnaires dont Marcel Albert et Roland de La Poype accompagnés de l’aumônier Robert Lepoutre.

Le 9 mai 1945, avec ses camarades soviétiques, « Normandie-Niémen » fête la Victoire à Heiligenbeil, en Prusse-Orientale.

Entre le 14 janvier et le 8 mai, le groupe utilisera 10 terrains.

 

Le bilan de cette troisième campagne est de 72 victoires officielles et 9 pilotes tués.

Texte d’Yves Donjon et d’Alain Fages