Hommage au mécanicien Jean Darenlot

Il aurait cent ans aujourd’hui le 24 juin .

Jean Darenlot est né le 24 juin 1924 à Yerres (Seine-et-Oise).

Il s’engage dans l’armée de l’air le 15 octobre 1938 à l’école des mécaniciens de Rochefort (17). Breveté mécanicien avion. En avril 1940 il est affecté au Levant. Le 17 septembre 1940 le sergent Jean Darenlot est déclaré « déserteur » Nous le retrouvons à Rayak (Liban) au moment de l’armistice. Il est alors muté à la base de Mezzé en Syrie. En compagnie de trois camarades, il décide de rejoindre les troupes Anglaises en Palestine. Au passage de la frontière ils sont capturés et se retrouvent à la prison centrale de Bagdad. Grâce à l’Ambassade anglaise, ils sont libérés et transférés au Caire. Il signe son engagement dans les FAFL en Aout 1940 (matricule n°31.218). Jean Darenlot réussit à rejoindre et intégrer l’armée du général Leclerc pour la bataille de Koufra. En 1942, il rejoint la Syrie et se porte volontaire pour le GC 3 « Normandie ». Le sergent-chef Jean Darenlot arrive en U.R.S.S le 28 novembre 1942 et participe à la première campagne de 1943.

Appréciations de ses chefs :

Jean Darenlot – sergent-chef – 1er mécanicien sur Yak – Breveté mécanicien Rochefort.

Discipliné, bon esprit militaire, mécanicien très dévoué et très travailleur, beaucoup de conscience professionnelle.

Comme tous ses camarades mécaniciens, il quitte l’unité pour le Moyen-Orient. Il est ensuite affecté au  GB 3 « Bretagne ». Il termine la guerre au grade de sous-lieutenant.

Il continuera une très belle carrière comme officier mécanicien. Le lieutenant-colonel Jean Darenlot prend sa retraite dans l’Armée de l’Air en mai 1967.

Jean Darenlot décède le 7 septembre 1979 à Saint-Mandé (Val-de-Marne).